30/05/2012

Un revenu c'est un dû, un emploi c'est un droit, réforme du chômage

CHOMARRE

Murielle.jpg

©Sylvain Piraux – Le Soir

Muriel, 32 ans, chômeuse : « Qu’on arrête de nous culpabiliser »

 

HUGUES DORZEE mardi 29 mai 2012 Le Soir

 

La réforme du chômage se prépare. Objectif : renforcer la dégressivité des allocations de chômage. Mais la colère monte. Témoignage d’une « intello précaire ».

 

C’est une « intello précaire » qui mois après mois s’efforce de « nouer les deux bouts ». Muriel a 32 ans. Elle est licenciée et agrégée en philosophie de l’ULB et séparée de son compagnon depuis plusieurs années. Elle élève en garde alternée deux enfants de 3 et 7 ans. « Je suis passée du couple standard au statut de “famille monoparentale précaire“ » sourit la jeune femme.

Elle est tantôt au chômage, tantôt prof ad interim. « Après mes études, j’ai travaillé comme animatrice, puis j’ai mis au monde mes enfants, avant de cumuler, comme bénévole, des petits boulots dans l’associatif non institutionnel (ciné club, musique, resto social…) », explique Muriel.

Elle n’a jamais travaillé à temps plein. Par nécessité, mais aussi par choix. « Je ne me vois pas 5 jours par semaine dans une classe. J’ai besoin de me nourrir ailleurs, d’être un pied dans d’autres réalités. Cela permet d’alimenter mes cours, d’être plus disponible, plus vigilante, plus en phase avec mon temps. Et puis quand je vois dans quel état on maintient l’enseignement aujourd’hui : les infrastructures qu’on laisse se délabrer, les classes surpeuplées, les profs démotivés… ».


Un statut précaire ? Somme toute. Entre allocation d’insertion (environ 940 euros) et salaire à temps partiel (entre 1200 et 1400 euros), elle doit assumer l’éducation de deux enfants. C’est loin d’être évident « J’ai un loyer de 500 euros. Je n’ai pas de voiture, on fait tout à vélo, en train, en bus, c’est parfois galère. Les vacances, c’est chez les copains. La moindre tuile, il faut gérer. On m’a volé mon appareil photo : impossible là d’en racheter un ».

Alors c’est le règne de la débrouille « Dans mon cas, le chômage partiel me permet d’avoir du temps, de (re)tisser des liens, de créer de la solidarité, d’apporter des petits services à la collectivité. Combien de lieux culturels, de groupes musicaux ou d’associations existent grâce aux chômeurs ? On l’oublie ! Il est grand temps qu’on arrête de nous culpabiliser et qu’on revalorise aussi le travail non salarié ».

La réforme annoncée des allocations de chômage ? Elle n’y pense pas trop. « Pour l’instant ». Et pourtant si celle-ci se confirme, elle aura 3 ans pour décrocher un travail, au risque de perdre une partie importante de ses revenus. « Il me reste à épouser un riche entrepreneur, sourit-elle. Avant d’ajouter, plus sérieusement : « Soit je dégote un poste de prof de moral ou de philo, mais c’est loin d’être évident. Mais où ? Pourquoi faire ? Soit je me réoriente, mais çà ne s’improvise pas ! Travailler à temps plein et courir comme une folle ? Je n’en vois pas le sens ni l’intérêt. Et quand je vois le monde du travail comme il tourne : stress, flexibilité, productivité, etc ».


Pour l’heure, Muriel tente de garder le cap. Elle élève ses petiots, file un coup de main dans un resto social, compte sur un interim comme enseignante en… janvier 2013 : « Un remplacement, 17 heures par semaine, dans 9 mois donc… ». Et la jeune philosophe de s’interroger sur « les réels profiteurs qui en ce temps de crise vivent sur les intérêts des impôts non perçus de leurs sociétés » ; sur « les pauvres qu’on accuse alors que c’est le système qui prend l’eau ».

Mais Muriel ne se plaint pas et savoure sa chance d’avoir un diplôme, des amis, des enfants, un tissu social. « De quoi nourrir mon enthousiasme, renforcer mon regard et ma vigilance »

19:21 Écrit par InDignés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/05/2012

EUROPESE MARS VAN MENSEN ZONDER PAPIEREN EN MIGRANTEN VAN 2 JUNI TOT 2 JULI 2012 - ALLEN VAN BRUSSEL NAAR STRAATSBURG - Marche européenne des personnes sans papiers et des migrants, DU 2 JUIN AU 2 JUILLET 2012

 

مجموعة التحالف الدولي للمهاجرين سينظم المسيرة الأوروبية للمهاجرين تحت عنوان"الثورة ضد الظلم".

سينظم التحالف الدولي للمهاجرينالمسيرة الأوروبية للمهاجرين الشرعيين و الغير الشرعيين وذالك من يوم 2 يونيو الى غاية 2 يوليو 2012ببروكسل.

 ALLEN VAN BRUSSEL NAAR STRAATSBURG

BRUXELLES
*Samedi 2 Juin : Soirée de solidarité – à partir de 19h
Salle Byrrh – 4, rue Dieudonnée Lefèvre, 1020 Laeken (Métro Pannenhuis)


*Dimanche 3 Juin : Manifestation – Départ à 14h30
devant l'office des étrangers - 59 ch. D'Anvers, 1000 Bruxelles

*Lundi 4 Juin : Départ de la marche à 10h00 : direction Strasbourg
Réunion ce jeudi à 19h rue des Marcq, 25 à Bruxelles
 
 

De Internationale Coalitie van mensen zonder papieren en migranten (CISPM) roept alle groepen van mensen zonder papieren en migranten, verenigingen, vakbonden, werkers, gepensioneerden, indignés, studenten, sociale bewegingen, politieke partijen en alle burgers op om mee te doen aan de EUROPESE MARS VAN MENSEN ZONDER PAPIEREN EN MIGRANTEN die zal plaatsvinden van 2 juni tot 2 juli 2012. De mars vertrekt in Brussel op 2 juni.

BRUSSEL

Zaterdag 2 Juni:

Solidariteitsfeest – vanaf 19h )- Byrrh-zaal – 4,

Dieudonnée Lefèvrestraat, 1020 Laken (métro Pannenhuis)

Zondag 3 Juni:

Betoging – vertrek om 14h30 aan Dienst

Vreemdelingenzaken – Antwerpsesteensweg 59, 1000 Brussel.

Maandag 4 Juni:

Vertrek van de Mars om 10h

Contacts :+ 32 498 39 93 9 3 cspeurope@gmail.com

Meer info beschikbaar op de blog

مجموعة التحالف الدولي للمهاجرين سينظم المسيرة الأوروبية للمهاجرين تحت عنوان"الثورة ضد الظلم".

سينظم التحالف الدولي للمهاجرينالمسيرة الأوروبية للمهاجرين الشرعيين و الغير الشرعيين وذالك من يوم 2 يونيو الى غاية 2 يوليو 2012ببروكسل.

(CISPM التحالف الدولي للمهاجرين) يدعو جميع التنسيقيات من الجمعيات والنقابات، وكذالك الحركات الاجتماعية والأحزاب السياسية وجميعالمواطنين من العمال و المتقاعدين ، والطلاب، و كذالك من لا يتوفرون على وثائقالاقامةمن المهاجرين.

تدعوهم جميعاللانضمام و المشاركة في المسيرةالأوروبية للمهاجرين غير المسجلين في المسيرة من اجل تسجيلهم في الرحلة الاوروبية

في الفترة من 2 يونيو الى غاية 2 يوليو 2012.

وذلك حسب البرنامج الموضوع له اسفله

بروكسيل

* السبت 2 يونيو: أمسية للتضامن ابتداء من الساعة 19 مساء وذالك بالعنوان التالي

Salle Byrrhe – 4, rue Dieudonné Lefèvre

, 1020 Laeken

(Métro Pannenhuis)

* الأحد 3 يونيو الحدث: مظاهرة سلمية ومرخصة للتضامن ابتداء من الساعة 14 والنصف وذالك امام مقر مكتب الهجرة الكائن بالعنوان التالي

L'office des étrangers - 59 ch. D'Anvers, 1000. Bruxelles

* الاثنين 4 يونيو: مسيرة سلمية وفنية ابتداء من الساعة 10 صباحا

(للحصول على مزيد من المعلومات المرجو مراجعة blog ).

المسيرة الأوروبية تهدف إلى جلب أكبر عدد من المهاجرين الشرعيين و الغير الشرعيين بدول الأعضاء في الاتحاد الاوروبي الموقعة على اتفاقيات "شين غن".

والمسيرة ستسير في اتجاه البرلمان الأوروبي الثاني المتواجد "بستراسبورغ" .

و كذالك من أجل المطالبة بحرية التنقل وحق الاستيطان بدول الاتحاد للمهاجرين ، وتسوية اوضاعهم القانونية لجميعهم و خاصة الغير الحاملين للوثائق الاقامة، من اجل صيانة حقوق جميع المهاجرين، وحمايتهم واحترامطالبي اللجوء منهم وضمان حقوقهم، من اجل المواطنة و الإقامة،وتطبيق معاهدة روما / الغجر، إلخ ...

ان الأزمة الاقتصادية والاجتماعية تؤثر بشكل رئيسي ومباشر على السكان الأكثر ضعفا وفقرا من المجتمع والتي تشمل المهاجرين الغير الحاملين للوثائق الاقامة بكل دول الاتحاد

وبسبب التراكمات للمشاكل الاجتماعية استجابة الحكومات لسياسة ما بين التقشف والصرامة في موضوع الهجرة،و الانجراف العنصري والكراهية المتزايدة تجاه للأجانب عبر سياسة التضييق عليهم.

هذه المسيرة الاوروبية والأولى من نوعها موجهة اولا ضد القوانين (الاعتقال الغير القانوني والاحتجاز الغير انساني والطرد التعسفي ) التي تنص على مثل هذه الاجراءات،وقد اعتمد الأوروبيون، منذ إنشاء "فضاء شينغن "مع مؤسسات مثل فرونتكس،

"لمحاربة" مسألة الهجرة. و تطبيق هذه القوانين هي مسالة وحشية على نحو متزايد في كراهية للأجانب والطرد التعسفي في وجهة نظر التحالف الدولي للمهاجرين.

فإن المسيرة التي يعتزم تنظيمها هذا الاخير رعاية للأجانب وهدفها تذكير المسئولين السياسيين على المستوى الأوروبي أن المهاجرين غير حاملي وثائق الاقامة،

تريد تذكيرهم على أنه لا يمكن استغلال أوضاعهم لأغراض انتخابية، حتى لو كانوا في وضعية غير قانونية وغير قادرين منع مثل هذه التجاوزات.

على الاقل تذكير جميع المواطنين الأوروبيين على أنهم في اختلاط وتعايش دائم في الحياة اليومية مع الملايين من الرجال والنساء والأطفال الذين ينتظرون انصافهم وإشراكهم في الحياة المجتمعية من خلال اتخاذ كل ما لديهم من واجبات والتزامات (الضرائب، الخ ...)، على الرغم من حقوقهم المحرومة والمهضومة بسبب أصولهم الاجنبية واختلاف، ألوانهم بشراتهم، أو دينهم أو حتى أوليائهم .

سيكون هدف التحالف الدولي للمهاجرين.من المسيرة الاوروبية. التي رفعوا عنوانا لها "الثورة ضد الظلم" و التمييز العنصري وعدم المساواة التي يعاني منها الأجانب أكثر فأكثر بعنف.

وبالتالي المسيرة الأوروبية للمهاجرين الشرعيين و الغير الشرعيين.

على انها مسيرة تضامن مع عامة شرائح المجتمع غير أنها مناهضة من طرف الذين لم يعد يريدون مجتمعا وستكون المسيرة الأوروبية للمهاجرين العابرة للحدود

يعطي دائما امتيازات أكثر الاغنياء لأولئك الذين يستولون على كل شيء تقريبا،وعكس الفقراء لأولئك الذين لا يملكون شيئا تقريبا.

وستكون المسيرة الأوروبية للمهاجرين العابرة للحدود لانتقال عبر دول الاتحاد من العاصمة "بروكسيل" إلى غاية مدينة "ستراسبورغ" و خطوة في ما بات يعرف "بشين غن" ببعض الدول و وصولا لوكسمبورغ كمواقع البرلمان الاتحاد الاروبي الثلاث ،كرمز في أعقاب ما يسمى باتفاقيات "ّشين غن" التي اعتبرتها مجموعة التحالف الدولي للمهاجرين.

بانها خانت مهمتها في تحرير الشعوب.

الانضمام إلى العمل! من الأهمية بمكان والمشي:

· عقد اجتماع بين أصحاب المصلحة العامة في الكفاح من المهاجرين غير الشرعيين

من بلدان مختلفة (فرنسا، سويسرا، ايطاليا،ألمانيا وربما اكثر!)

* تسليط الضوء على قضية المهاجرين الغير الشرعيين على المستوى الأوروبي

· لتلاحم القوى الجديدة، وبالتالي تعزيز حركة المهاجرين غير الشرعيين

و وضعت مجموعة التحالف الدولي للمهاجرين. من أجل الراغبين في المشاركة والدعم و طلب المعلومات  

0032498399393 Contacts:

cspeurope@gmail.com

و تعلن مجموعة التحالف الدولي للمهاجرين.على ان التبرعات المادية ستخصص للمبيت والنقل والمئونة

للمشاة المشاركين في المسيرة الاوروبية.وتشكر مجموعة التحالف الدولي للمهاجرين المساهمين بالدعم المادي و البشري !

http://sanspapiers.skynetblogs.be/

 

23:38 Écrit par InDignés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/05/2012

Guerre aux indignés du Québec, appel à solidarité


Loi sur les mesures de guerre au « printemps québécois »

 Loi spéciale 78 : un pas de plus vers un État québécois antidémocratique 

 

« Il est plus désirable de cultiver le respect du bien que le respect de la loi. » (Henry David Thoreau, De la désobéissance civile)

quebec indignés etudiants loi 78.jpg

En ligne : "Pétition d'appui à la requête en nullité du Projet de loi spéciale 78"

L’heure est grave. La démocratie québécoise est mise à mal depuis trop longtemps déjà par un gouvernement libéral dépassé par sa propre arrogance. Ce soir, il franchit un point de non-retour. La grève étudiante, au centre du printemps québécois, dure depuis treize semaines, ce qui indispose un gouvernement en perte de vitesse, de crédibilité et de créativité, prêt à tout pour imposer ses vues. Incapable de discuter avec les associations étudiantes, fragilisé par la « démission » de la ministre de l’Éducation Line Beauchamp, il a choisi d’imposer, contre toutes les mises en garde, la ligne dure, celle de l’État policier. Il imposera en effet, dans la nuit du vendredi 18 mai 2012, la loi 78, une « loi spéciale » qui modifiera non seulement le règlement sur le calendrier scolaire des collèges et des universités, mais aussi, et c’est beaucoup plus important, parce qu’explosif, encadrera le droit démocratique de manifester.

 

Le gouvernement libéral choisit unilatéralement de quitter la démocratie parlementaire : envers et contre tous, il se croit autorisé, en suspendant la session de certains établissements et en contrôlant le déplacement des citoyens, d’imposer la paix sociale par une loi spéciale. Dans ce contexte extraordinaire – et nous pesons nos mots – qui nous rappelle les Journées de la matraque de 1964 et 1968, la loi anti-manifestation sous Drapeau en 1969, la crise d’Octobre de 1970, mais aussi la limitation des libertés dans les États totalitaires, il convient de réfléchir à la pratique de la désobéissance civile prônée par Thoreau. Car emprisonné sur un navire à la dérive, on peut se demander si l’on doit suivre le capitaine. Voyons un peu pourquoi.

 

Une loi spéciale pour réaménager le calendrier scolaire : une défaite du gouvernement ?

 

Ce projet de loi 78 suspend la session d’hiver 2012. N’est-ce pas déjà le signe que l’entêtement et l’arrogance du gouvernement l’ont mené à sa perte ? À moins d’une « entente » – on doit se méfier de ce mot désormais – entre la direction d’un établissement d’étude supérieure, les associations étudiantes et le syndicat des professeurs, la session d’hiver sera suspendue dans les cégeps et les universités encore en grève. Dans la majorité de ces établissements, selon le projet de loi, les cours reprendraient à la mi-août et se termineraient au plus tard le 30 septembre prochain. La session d’automne 2012 débuterait aux « calendes grecques », c’est-à-dire quelque part en octobre... Le projet de loi soustrairait ainsi les établissements à l’obligation légale de dispenser une session de 82 jours. On le voit bien désormais : après le recours aux tribunaux qui forçait des institutions et des professeurs à protéger la démocratie étudiante mais aussi leurs étudiants face à la violence de l’État, la valeur du diplôme importe autant que la hausse de frais de scolarité, laquelle n’est jamais remise en question…

 

Une loi spéciale contre les associations étudiantes et les regroupements de citoyens : un coup de force désespéré d’un gouvernement autoritaire ?

 

Le gouvernement libéral répète tous les jours en chambre que rien ne peut justifier la violence, que les étudiants doivent condamner la violence et que le climat social est malsain au Québec. Que les gens ordinaires en ont marre des manifestations. Que tout cela est la faute des étudiants qui ne vont pas à l’école. Mais ce qu’il oublie, c’est que non seulement une loi spéciale est d’une violence inouïe, mais que rien ne peut justifier la violence sinon la violence politique elle-même ! Le gouvernement libéral est prêt à tout pour « casser » le mouvement de grève démocratique des étudiants qui cherchent d’autres moyens de financer les universités. S’il n’a pas réussi avec les injonctions paradoxales ordonnées par un juge ami des libéraux, le projet de loi encadrera le droit de manifester avec une « loi matraque » qui comporte 36 articles. Cette loi prévoit plus précisément que les organisateurs d’une manifestation citoyenne « de plus de dix personnes » (sic) devront communiquer leur parcours et les moyens de transport, pas moins de huit heures avant le début de la manifestation !

Le projet de loi veut ainsi s’assurer que plus jamais les étudiants, mais aussi ceux qui les supportent, puissent se réunir spontanément et marcher librement, pacifiquement, comme ils le faisaient depuis le début du conflit, il y a treize semaines déjà. Au lieu de punir les casseurs, d’enfermer les fraudeurs et les membres de la mafia qui détruisent le climat social, le projet de loi entend punir toute personne qui se trouve sur les lieux d’un attroupement. En effet, les personnes qui participeront à une manifestation, sans l’avoir organisée elles-mêmes, devront s’assurer que l’événement en question correspond en tous points aux renseignements fournis à la police ! Autrement dit, on devra savoir et dire tout ce que comprend la marche avant même d’y participer. Il faudra s’inscrire au poste de police avant de marcher et annoncer à quelle heure et par quelles rues nous rentrerons à la maison !

 

On le déduit mieux maintenant : le gouvernement veut également empêcher que l’on bloque l’accès aux établissements scolaires en grève, mais aussi à la rue des commerçants. Les manifestations seront interdites dans les collèges et les universités, plus précisément dans un périmètre de 50 mètres autour de ces bâtiments. Ceux qui s’étonnaient des matraques sur les campus, ceux qui avaient honte, n’en reviendront pas : on ne peut plus manifester pacifiquement sur la rue en face d’un collège sous peine d’être arrêté par la police ! Ce projet de loi imposera par conséquent plusieurs responsabilités aux manifestants, c’est-à-dire aux pirates sans arme. On ira même jusqu’à ajouter la notion pour le moins troublante de crime « par omission ». L’article 29 indique précisément que quiconque, par un « acte », « omission », « consentement » ou « conseil » amène une autre personne à violer les dispositions de la loi 78, commet lui-même une infraction passible d’une amende. Cette disposition de la loi, qui serait fort utile pour traduire en justice les membres de la mafia qui dominent la politique québécoise depuis 9 ans environ, servira à arrêter des étudiants en sciences humaines... qui, selon le gouvernement, « boycottent » leurs cours !

 

La force du Droit abusif (et financier) contre les pauvres indignés et les étudiants pirates et terroristes

 

Ce projet de loi pour le moins controversé, qui vient limiter les droits fondamentaux assurés dans les chartes, la liberté d’expression et la liberté d’association, prévoit sans surprise des amendes extrêmement importantes pour les contrevenants. La loi sur « les mesures de guerre de mai 2012 » est puissante : elle dit que pour un individu – lire un étudiant pirate, un manifestant terroriste ou un professeur complice d’un indigné – quelqu’un qui désobéit, bref, le projet de loi proposera des sanctions allant de 1000$ à 5000$, et ce, pour chaque infraction commise. À moins d’être très riche, corrompu ou proche des juges libéraux, il sera impossible de manifester librement à Montréal, à Québec, voire partout sur le territoire de la belle province. Car le gouvernement a décidé de prendre les grands moyens – ils sont sans doute disproportionnés – afin que les villes dorment le soir, sans gaz, et que l’école soit le lieu de l’étude et de la réussite.

 

Que dire en effet si, pour les organisateurs trouvés coupables, un employé collaborateur, un porte-parole d’association étudiante, un professeur ou une mère contre la hausse, l’amende en cas d’infraction est de 7 000$ à 35 000$ par jour. Les journaux rapportent que les associations seront taxées d’amendes de 25 000$ à 125 000$ par jour ! Dans tous ces cas, les amendes doubleront en cas de récidive. On doit donc en conclure que, en cas de désobéissance à la loi, la loi ruinera les associations étudiantes ainsi que les personnes qui avaient pris l’habitude d’exprimer leur mécontentement dans les rues du Québec.

 

Ne devons-nous pas désormais envisager la désobéissance civile ?

 

Dans le cas de figure qui est aujourd’hui le nôtre, c’est-à-dire celui où nous ne sommes pas reconnus ni respectés par le gouvernement, ne devons-nous pas désobéir ? Devons-nous encore obéir collectivement, demanderons-nous, quand les lois sont devenues injustes ? Quand la loi spéciale révoque en doute les libertés individuelle et la démocratie ? Dans le Québec du 19 mai prochain, c’est-à-dire un Québec dirigé par un gouvernement irresponsable, épris de la loi spéciale, de bâillons, de décrets et de la police, la désobéissance à une loi injuste ne devient-elle pas une nécessité de la civilité ? Le citoyen, nous enseignait Thoreau lorsque nous étions en classe, ne peut pas simplement se contenter d’obéir, il doit aussi juger lui-même du contexte des lois et de leur signification. J’ajoute : devons-nous obéir aux lois lorsque la corruption est généralisée et que la politique partisane a besoin d’une loi spéciale pour imposer sa hausse des frais de scolarité ? N’y a-t-il pas suspension de la loi lorsque l’État devient injuste et anti-démocratique ? Lorsque son inaction et son mépris favorisent la violence ?

quebec.jpg

 Derrière cette loi anti-démocratique, il tient encore bec et ongle à diviser les francophones et à banaliser le mouvement social qui veut un autre Québec. L’objectif de cette loi extraordinaire, de ce nouveau masque, qui nous oblige à relire Thoreau et Gandhi, est d’effacer les acquis du « printemps québécois ». Que tous ceux et celles qui ont à cœur les droits fondamentaux, la liberté et la démocratie réfléchissent à la signification de cette nuit spéciale du 18 mai 2012.

En ligne : "Pétition d'appui à la requête en nullité du Projet de loi spéciale 78"

 

12:19 Écrit par InDignés | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/05/2012

Quand le syndicat commence à prendre ses responsabilités

Vivement un grand parti de gauche!

» Une Interview de Felipe Van Keirsbilck, Secrétaire général de la Centrale Nationale des Employés (CNE-CSC)


La Gauche : Le Premier Mai dernier, Daniel Piron lançait, au nom de la FGTB de Charleroi, un appel qui s’adressait aux militants syndicaux les invitant à s’investir sur le terrain politique. C’était aussi un appel lancé aux organisations de gauche à se rassembler et à lutter ensemble contre la politique néo-libérale du gouvernement Di Rupo, avec la perspective de créer une force politique significative à gauche. Comment te situes-tu par rapport à cet appel ?

Felipe Van Keirsbilck : « D’abord, je voudrais dire que je me sens absolument en accord avec ce que je crois être les deux fondements de cet appel de la FGTB de Charleroi. Pour moi il y a deux fondements de base. D’une part les organisations syndicales doivent s’impliquer dans les enjeux politiques. A la CNE nous sommes particulièrement clairs sur le fait que le syndicalisme dans les entreprises (défendre les jobs, les salaires et tout ça), c’est indispensable, mais sans avoir une perspective sur les questions politiques, c’est du syndicalisme à courte vue qui mène à l’impasse. Un des premiers fondements de l’appel de Daniel Piron est de dire que les syndicats qui ont fait correctement leur travail doivent avoir une expression politique. Nous sommes d’accord avec cela, tout en précisant qu’à la CNE nous n’avons pas d’amis politiques ni de relais politiques privilégiés.

Il y a bien entendu les partis politiques qui sont des adversaires directs, ceux qui défendent les intérêts du capital et du profit. Mais parmi les autres partis, nous n’avons pas d’amitiés particulières et nous n’en cherchons pas. Donc sans avoir de liens partisans, à la CNE nous sommes entièrement d’accord de dire que les syndicats ont besoin d’une expression politique.

Les politiques d’austérité détruisent la société, l’économie, la démocratie…

« Deuxième point important dans l’appel de la FGTB de Charleroi, avant d’en venir aux détails organisationnels, c’est le fait que la situation actuelle justifie une action déterminée contre les politiques d’austérité. Politiques d’austérité qui détruisent à la fois la société, l’économie et la démocratie. Et cela non pas par erreur ou par stupidité de la part de ceux qui nous gouvernent. Les dirigeants économiques et politiques veulent aujourd’hui profiter de l’occasion de la crise pour parachever rapidement ce qu’ils essaient de faire depuis 30 ans, à savoir la destruction des conquêtes sociales et démocratiques obtenues depuis près d’un siècle.

Là évidemment toutes les forces syndicales, associatives et politiques doivent s’unir et se mobiliser pour refuser radicalement ce retour en arrière. Il ne s’agit pas seulement d’adoucir l’austérité ou d’y mettre un peu de sucre sous forme de relance de la croissance, ou que sais-je. En tant que CNE, il s’agit pour nous de dire que ces politiques d’austérité dont les trois volets sont la réduction des dépenses publiques, la baisse des cotisations sociales et la baisse des salaires, nous sommes radicalement contre. Pas uniquement dans la perspective de défendre les intérêts matériels des affiliés de notre centrale, mais aussi parce que d’un point de vue politique, pour défendre notre modèle social  et notre démocratie perfectible, nous sommes contre la politique d’austérité, point.

Voilà donc deux éléments sur lequel nous sommes sur la même longueur d’onde que les responsables FGTB de Charleroi dans leur appel du 1er Mai. Après, si on rentre maintenant dans les choses plus concrètes en Belgique, il est clair qu’il faut une force politique de gauche, un parti politique de gauche qui soit suffisamment radical pour affronter la situation. A ce sujet, je voudrais préciser que comme CNE, comme syndicat, nous n’avons pas une vocation systématique à rechercher la radicalité. C’est la situation qui est radicale. Nous prétendons que nous défendons les intérêts des 99% de la population: ceux qui ne possèdent pas des millions d’euros, qui ne sont pas de grands actionnaires ou de grands dirigeants de l’économie.

Nous ne croyons donc pas être une organisation radicale, mais tout simplement faire partie de ceux qui défendent les intérêts de la très grande majorité de la population: les employés, les cadres, les ouvriers, les chômeurs, les pensionnés, les femmes, les jeunes, les étudiants. Mais la radicalité des politiques d’austérité fait que nous avons besoin d’un parti politique, évidemment de gauche, qui soit prêt à affronter la Troïka, à affronter les dogmes néo-libéraux, à affronter la pensée unique, à affronter la politique de la Commission européenne qui est exclusivement au service du capital et de la destruction des acquis sociaux. Le fait est que la radicalité est devenu un monopole de la droite, notamment parce que la gauche et une grande partie du mouvement syndical en Europe a renoncé à la bataille des mots et des idées. »

 

Doisneau congés papyés.jpg

(Photo : R. Doisneau - Les premiers congés payés, conquête du mouvement ouvrier.)

On ne peut que regretter que le PS n’affronte pas les politiques d’austérité

« On ne peut que regretter que le PS ne le fasse pas. Si le PS prenait au sérieux sa vocation même de parti réformiste – je ne lui demande pas d’être révolutionnaire – vocation réformiste au service du bien public et des intérêts du monde du travail, il ferait cela. Il chercherait à rompre avec les politiques d’austérité. Il ne le fait pas.

Aux explications et aux excuses qu’il avance pour ne pas le faire, on peut accorder un peu ou beaucoup de crédit. La principale justification que le PS avance est que dans un gouvernement de coalition avec des forces politiques néo-libérales rabiques, le Parti socialiste est pris en otage dans un gouvernement qui veut faire le contraire de ce qu’il devrait normalement faire. C’est un problème que le PS doit gérer, mais ce n’est certainement pas le mien. Et en tous cas, quand on est en situation d’otages, il me semble que la première responsabilité devrait être de tenter de desserrer les liens.

Dans la position où il accepte d’être mis, soit avec résignation soit avec hypocrisie, le PS n’est pas aujourd’hui la force politique qui veut et qui peut aider les travailleurs qui ont besoin d’une rupture avec l’austérité. De là l’idée qu’il faut soit une force politique nouvelle qui puisse faire ce travail,  soit - les deux options sont possibles - qui puisse faire comprendre au PS que les compromissions avec le libéralisme ne sont pas une solution. Dans les deux cas, il faudra une force politique démocratique, radicalement réformiste, c’est-à-dire qui pousse à la rupture avec les politiques néo-libérales.

Jusque-là, je n’ai pas de difficultés. Là où c’est plus compliqué c’est quand on commence à renter dans le « Qui ? ». Il y a une foule aujourd’hui de partis plus ou moins petits qui prétendent tous être l’avenir de la gauche radicale en Belgique. Des anciens et des nouveaux. Pour l’instant ils ne semblent pas avoir la volonté de s’unifier. Et à part les succès récents du PTB aux élections communales et provinciales, succès qu’il faut d’ailleurs saluer, on ne voit pas pour l’instant de masse critique qui commence à rassembler quelque chose à la gauche de cette social-démocratie de renoncement qu’est devenue le PS.»

La Gauche : La FGTB et la CSC ont des histoires et des origines différentes. Dans la mesure où la FGTB, qui au départ ne s’appelait pas FGTB, a été créée par le Parti Ouvrier Belge. C’est donc un parti qui a créé un syndicat. La CSC de son côté, même si elle est liée à la famille chrétienne, revendique plutôt le fait de ne pas avoir d’amis politiques. Alors aujourd’hui, pour des militants de la CSC, l’idée de constituer une force politique paraît-il imaginable ou au contraire est-ce que cela n’entre pas en collision avec les traditions de la CSC ?

FVK. : « D’abord un petit commentaire sur ce que tu viens de dire. En effet il y a dans la CSC une volonté de ne pas avoir de liens ou d’allégeances politiques. Je regrette amèrement que certains de mes collègues perdent cela de vue et affichent des amitiés particulières avec des partis politiques. Mais la ligne que tu as définie est bien celle de la CSC. Cela n’a malheureusement pas toujours été le cas dans l’histoire politique de l’ACV en Flandre qui a entretenu des liens extrêmement étroits avec le CVP,… et ce n’est pas entièrement guéri aujourd’hui. Mais il y a quand même eu de grands progrès et aujourd’hui, certainement du côté francophone, on peut dire que la CSC est libre par rapport au monde politique.

 

Respecter l’indépendance syndicale

Maintenant, c’est vrai qu’il y a une contradiction entre le fait de dire que nous souhaitons l’émergence d’une nouvelle force politique à gauche de cette social-démocratie anémique et le fait que nous ne sommes pas liés à des partis. Je suis conscient de cette contradiction. Cela veut dire que pour l’instant ma position est de dire que je souhaite l’émergence de cette force car elle correspond au besoin pour défendre les intérêts bien compris des travailleurs au sens large. Mais nous n’allons pas le faire nous-mêmes. Ni moi comme secrétaire général de la CNE, ni aucun des responsables de la CNE, nous ne pouvons nous impliquer dans la construction d’une telle force politique. Parce que ce dont nous sommes responsables avant tout est de maintenir l’indépendance de notre organisation syndicale.

Nous pensons que, si demain, un dirigeant de la CNE devait porter une casquette politique en même temps qu’une casquette syndicale, cela ferait du tort aux deux. Et nous pensons qu’il ne manque pas aujourd’hui en Belgique d’hommes et de femmes avec des compétences politiques, avec des idées et du courage qui soient capables de porter un tel projet. Et si cela arrive nous nous réjouirons qu’un besoin de représentation politique des travailleurs soit rencontré.

Si cela arrive demain, nous continuerons à  interpeller Ecolo, le CDH et le PS comme nous le faisons aujourd’hui, à pointer leurs responsabilités politiques quand ils sont aux gouvernements.  Et comme nous le ferions demain face à n’importe quel parti de gauche qui acquerrait un poids politique significatif, et se retrouverait en position de gouverner. Il se peut qu’un parti – le PS renouvelé, le PTB, ou n’importe lequel – qui assumerait une position de gauche radicale nous soit plus sympathique… mais nous n’en deviendrions en aucun cas les « amis ». On n’a pas d’amis et on n’en veut pas. Je continue donc à penser qu’il faut une telle force politique, mais nous ne souhaitons pas que des dirigeants syndicaux sèment la confusion ou affaiblissent l’indépendance syndicale en s’impliquant directement pour forger un tel parti. »

La Gauche : « Tu as mentionné en début d’interview qu’un des éléments importants des élections communales du 14 octobre était la progression électorale spectaculaire du PTB qui double au moins son nombre d’élus. Dans une certaine mesure, le PTB semble aujourd’hui devenu une force quelque peu incontournable. Penses-tu que cette avancée électorale du PTB peut constituer un tremplin pour la création d’une force de gauche, ou au contraire un obstacle ? »

FVK. : « C’est une bonne question car les deux scénarios me semblent possibles. Quand tu avances que le PTB est devenu une force incontournable, je dirais « Ne nous emballons pas ! ». 3% ici, 4% là, de façon très locale, c’est un progrès notable, mais qui reste limité. Là où il progresse fort, le PTB est passé d’un petit pourcent à 3 ou 4 pourcents. A l’échelle de la gauche à prétention radicale en Belgique, vu la faiblesse des autres composantes, cela peut paraître beaucoup. Mais le PTB n’est pas encore une grande force politique.

Et donc je dirais, en ce qui me concerne, que les ingrédients existent pour pouvoir constituer une vraie force politique à gauche. Il se pourrait aussi qu’au sein du PS, d’Ecolo, voire même du CDH – qui sait ? – qu’un certain nombre de contre-performances politiques (pas uniquement de mauvais résultats électoraux, mais les mauvais résultats des politiques néolibérales auxquelles ces partis collaborent de fait) commencent à peser et que certains militants disent: «Voilà à quoi mènent notre situation d’otages et de compromissions perpétuelles avec un projet néo-libéral qui n’est pas seulement une divergence partielle sur tel ou tel détail, mais un projet totalement antagoniste avec la démocratie, le progrès, la protection sociale, les droits syndicaux, etc. » A un moment donné, certains membres de ces partis traditionnels vont peut-être dire « Maintenant, merde ça suffit !»

Les modèles relativement récents qui existent en Europe, je pense notamment au Front de Gauche en France, à Syriza en Grèce, sont aussi des modèles qui ont pu associer l’ancienne ou la traditionnelle gauche radicale avec des références marxistes plus ou moins explicites, qui sont d’ailleurs très utiles dans le débat politique, avec des déçus ou des réveillés des courants de gauche traditionnelle ou écologiste qui constatent que le centre de gravité de la politique gouvernementale va de plus en plus à droite puisque la droite se radicalise de plus en plus et essaye même de racoler dans une frange de l’électorat d’extrême-droite. Et donc au fur et à mesure où la gauche traditionnelle va de reculons en reculades, de renoncements en capitulations, un certain nombre de personnes qui n’ont pas renoncé à leur intelligence et à leur intégrité peuvent à un moment donné avoir un sursaut.

 

Il y a urgence historique

Il y a le PTB qui représente aujourd’hui quelque chose. Saluons-le ! Et saluons aussi la preuve que dans l’électorat il y a une aspiration à une autre politique que les micro-nuances du néolibéralisme. Maintenant, le scénario n’est pas fixé d’avance. Si le PTB peut considérer que les enjeux politiques et historiques qui se posent aujourd’hui à la Belgique et à l’Europe justifient une ouverture, une coalition, si possible portée par l’enthousiasme d’un mouvement social plutôt que par des calculs d’apothicaires d’anciens propriétaires de petits appareils qui négocieraient -  ce qui a été malheureusement le cas dans des situations précédentes de tentatives de coalitions de gauche – alors là la victoire électorale du PTB aux communales pourrait être un coup d’accélérateur dans la constitution d’une force de gauche significative, démocratique, éco-socialiste, porteuse des mobilisations syndicales et qui soit radicale au sens où elle défend les intérêts de la grande majorité de la population, et donc pas radicale dans un sens groupusculaire.

 

Maintenant le scénario inverse est aussi possible. Les succès du PTB peuvent lui monter à la tête et lui laisser croire que leurs campagnes de propagande, d’ailleurs généralement très bien faites, vont les conduire de 3 % à 5 %, puis un beau jour de 5% à 7%. Si c’est ça, cela me paraît dans le chef du PTB, si tel était leur choix, mal prendre en compte les urgences historiques auxquelles nous sommes confrontés. Et donc de ne pas offrir un point d’appui à la mise sur pied d’une coalition de mouvements sociaux et politiques au sens large qui permettrait de constituer une force capable d’atteindre rapidement un seuil politique significatif, 10% par exemple. Et donc ça, je crois, à la fois pour la richesse du pluralisme et de la diversité du débat à l’intérieur de la gauche radicale, et pour les besoins d’une réponse très rapide à la crise européenne, alors l’option d’une coalition dans laquelle le PTB pourrait jouer un rôle aux côtés d’autres acteurs me semble assez réjouissante.

Mais je n’ai rien à dire dans le PTB, pas plus que dans aucun parti politique. Simplement, comme militant et dirigeant d’une organisation syndicale, je dois exprimer notre préoccupation, notre besoin qu’émerge rapidement (nous n’avons pas 15 ans,…) une force de gauche qui ait une ambition de peser sur le cours des choses, de quitter la sphère protestataire, mais en même temps de porter un regard clair sur la situation radicale que nous visons, ce qui implique d’affronter les pouvoirs financiers, d’assumer que les intérêts du capital ne sont pas les mêmes que ceux des travailleurs.»

 

Propos recueillis par Guy Van Sinoy

(Les intertitres sont de la rédaction)

 

Sur LCR La Gauche - LIEN

15:57 Écrit par InDignés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/05/2012

Belgique, Quentin Dor, photographe Wallon, politique et trans-moderne, Culture et photographie

Connaît-on vraiment son pays ?

Entretien avec Quentin Dor, jeune photographe belge - 16 mai 2012
Propos recueillis par Steve Rotsaert

 

Quentin Dor, diplômé en Sciences Politiques et en Photographie, vit et travaille à Bruxelles. Il a exposé une série de photos ayant pour thème "Voyage en Wallonie". Il nous partage ici son périple et sa recherche de l'image en Belgique et au travers de l'universalité de la photographie.

 


© Quentin Dor
 

Pourquoi avoir choisi cette région ?

La question est aussi : « Connaît-on vraiment son pays ? ». Moi, je comprends grâce à mes photos qu'il y a quelque chose de propre à la Wallonie. Peut-être qu'avant je le présageais, mais sans savoir exactement. Aujourd'hui, je peux dire qu'il y a une chaleur différente de celle des autres régions. Et c'est aussi cela mon pays ! Avec ce travail, je découvre ce territoire que j'ai exploré et qui m'a donné beaucoup de plaisir au fur et à mesure que je l'ai parcouru. La Wallonie, c'est la mobylette ! De ces découvertes est née une forme d'attachement…


© Quentin Dor

Les photos ont l'air d'avoir été faites comme si tu n'étais jamais très loin d'une route ?

J'aime bien ce que tu en dis, en effet cela correspond bien à mon travail. Au sens propre aussi, j'ai fait beaucoup de route en voiture. Les images sont alors comme un prétexte, lorsqu'une fois arrivé quelque part je cherche à rentrer en contact. Pour trouver les images qui m'intéressent, je me laisse guider par mon intuition, par une vision.

Et lorsqu'une rencontre se produit ?

Depuis toujours, je cherche à photographier les gens, comme si chaque jour j'avais besoin de voir un visage. Les Wallons m'ont permis de les prendres en photo facilement, naturellement. Ils étaient quasi flattés, voire « ravis » en règle générale. Ils n'avaient pas de problème avec leur image, mais plutôt un rapport aux choses assez simple : ils sont contents de ce qu'ils ont. Ils s'échappent facilement de leur quotidien pour profiter simplement. « On fait avec », sans être gêné d'être là.

Le site de Quentin Dor : Images Volantes

Les travaux de Quentin Dor sont régulièrement exposés en belgique et à l'étranger, vous pouvez les voir sur http://www.imagesvolantes.net/

14:02 Écrit par InDignés | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/05/2012

NACIONALIZACIÓN, CONDENA EUROPEA, APOYO LATINOAMERICANO

 Nacionalizar los recursos por Marcel Claude : “No hay datos para pronósticos desastrosos” en nacionalización de YPF

El economista de la Universidad de Chile analiza los alcances de la medida de Cristina Fernández, que se encuentra en su etapa final en el Congreso. “El tema es que no hay inversiones suficientes y eso dice relación con la privatización. Repsol (controladora de YPF) funciona con criterios de empresa privada. A ellos no les interesa el suministro del petróleo en Argentina”, señaló.

Miércoles 2 de mayo de 2012| por José Morgado La Nacion.cl

Ad portas de que el Congreso argentino apruebe la renacionalización de YPF –este jueves se vota la última etapa en la Cámara de Diputados-, el economista de la Universidad de Chile, Marcel Claude, señaló a Nacion.cl que “no hay datos para pronósticos desastrosos”, desmarcándose de la postura de varios de sus colegas que auguran un negro escenario en la economía trasandina con esta decisión.

Aquí el tema es que no hay inversiones suficientes y eso dice relación con la privatización. YPF, o Repsol en este caso,  funciona con criterios de empresa privada. A ellos no les interesa el suministro del petróleo en Argentina, ni el precio más barato ni aumentar la oferta, a ellos les interesa la rentabilidad”, explicó.

Según el experto, Repsol -firma española que controla YPF- “fue perdiendo relevancia en la producción de hidrocarburos. Mientras el año 97 representaba el 42% de la producción de petróleo y el 25% de gas, el año 2011 la producción de petróleo baja al 34% y la del gas al 23%”.

Sobre la baja inversión, aclaró que Repsol “no era una empresa que estaba quebrada y que las fijaciones de precio la hayan afectado de manera importante, que es el argumento que han dado”.

¿BENEFICIOS PARA ARGENTINA?

Consultado sobre si cree que finalmente la medida será beneficiosa para Argentina, precisó que “dependerá de cómo administren la propiedad y de cómo hagan las inversiones”.

Sin embargo, ve un buen escenario, pues ya “han concitado el apoyo de Venezuela y de Brasil para la producción nacional del petróleo. Además Argentina ya lo hizo antes, no me parece que vaya a ser muy complicado”.

“La economía argentina no está tan mal como ellos dicen, viene creciendo de manera importante. No están los datos como para hacer pronósticos tan desastrosos”, sostuvo.

CONDENA EUROPEA, APOYO LATINOAMERICANO

codelco.jpgA juicio de Claude, la condena de la Unión Europea al país latinoamericano era “lógica”, pues “ellos son los únicos que pierden” con la medida de Fernández. 

“De hecho, era tan importante YPF para Repsol que representaba el 15% de las utilidades. El 60% de las ventas y el 20% de su capital. Por lo tanto, no era un mal negocio”, puntualizó, agregando que debido a la crisis de España era “obvio” que recibiría la solidaridad de los países europeos “que quieren que sus inversiones en los países en desarrollo no se vean afectadas”.

En tanto, añade que la situación cambia en Latinoamérica, donde  “ni Bolivia, ni Ecuador, ni Brasil ni Venezuela han condenado este hecho. El único país latinoamericano que ha condenado esto es Chile, que es el más ortodoxo” en materia económica.

NACIONALIZACIÓN MODERNA

Finalmente, Marcel Claude desestimó las calificaciones de “antigua” o “añeja” a la posibilidad de nacionalizar los recursos, apuntando a que dicha modalidad nació en el siglo XX, mientras que las privatizaciones vienen de mucho tiempo atrás.

“¿Tú crees que estas políticas de liberación de mercado no son volver al pasado? Fueron las políticas del siglo XIX  y la ideología que inspira este modelo neoliberal es del siglo XVIII. Así que qué vienen con ese cuento absurdo y estúpido de que esto es volver al pasado, si las políticas que estamos aplicando hoy día son mucho más antiguas que las políticas de nacionalización”, aseveró.

cobre-chileno.jpg

 http://www.lanacion.cl/marcel-claude-no-hay-datos-p...

15:36 Écrit par InDignés | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |